Pour la fin du spécisme

La marche pour la fin du spécisme , organisée à Paris le 26 août 2017, dans le cadre de la Journée Mondiale pour la Fin du Spécisme (JMFS), est l’occasion de réfléchir à la façon nous traitons les différentes espèces d’animaux dans notre société.

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

  • Le spécisme, c’est quoi ?

Dans nos sociétés, notre rapport aux animaux est basé sur le spécisme. Par analogie avec le racisme et le sexisme, le spécisme désigne l’idéologie qui considère que la vie et les intérêts des animaux peuvent être méprisés simplement parce qu’ils sont d’une autre espèce.

Le spécisme
Pourquoi aimer certains et manger les autres ?
  • Un peu d’histoire …

Avec un petit extrait de l’article < Bêtes à bon Dieu > paru dans le dossier < Comme des bêtes ! > du Canard enchaîné :

<< Les ATTITUDES occidentales envers les animaux sont enracinées dans deux traditions : le judaïsme et l’Antiquité grecque. Celles-ci s’unirent dans le christianisme >>, écrit Singer dans < La libération animale > (1975).

Le philosophe rappelle que, dans un même mouvement, le christianisme a sacralisé l’homme et infériorisé l’animal. Il cite plusieurs passages de la Bible …

Marche pour la fin du spécisme - Paris 26 août 2017
Marche pour la fin du spécisme – Paris 26 août 2017
  • Le texte du tract distribué lors de la marche

<< Viande, lait, œufs, cuir, miel, laine, fourrure, soie … la production des produits d’origine animale implique de priver de liberté, de disposer et de tuer des animaux par milliards chaque année.

Par quoi sont justifiés ces traitements ? Qu’est ce qui justifie de faire d’un être sensible un bien ou une marchandise en 2017 ?

Vivre sans exploiter les animaux (véganisme) est faisable depuis 1948 avec la découverte de la vitamine B12, qui nous permet de court-circuiter nos besoins en produits d’origine animale grâce à la supplémentation.

Les différences de degrés de conscience, d’intelligence, de force ou de taille ne justifient pas ce que nous faisons subir aux animaux. Mais l’habitude, le confort, ou le plaisir gustatif nous poussent à nous voiler la face sur cette réalité. Pourtant, nous finançons souvent ce que nous n’aimons pas voir.

Le spécisme consiste à faire de l’espèce un critère justifiant une différence de considération morale entre des êtres sensibles. L’humain y occupe le haut de la hiérarchie et nous catégorisons également les animaux entre eux. En effet, nous serions bien incapables d’appliquer aux animaux « de compagnie » les traitements subis par les animaux « d’élevage ».

Nous pensons que le spécisme n’est pas fondé et que tous les animaux ont un droit fondamental : celui de ne pas être considérés comme un bien ou une ressource. C’est pour cette raison que nous sommes véganes et encourageons à le devenir.

En nous rejoignant, vous nous aidez à construire un monde centré sur l’humain, plus respectueux des libertés de tous, animaux compris. En résumé, un monde plus juste. >>

 

  • La marche du 26 août à Paris pour la fin du spécisme
Marche pour la fin du spécisme - Paris 26 août 2017

 

Découvrez aussi notre album photo Flickr Marche pour la fin de l’exploitation animale – Paris août 2017.

Marche pour la fin du spécisme - Paris 26 août 2017
Marche pour la fin du spécisme – Paris 26 août 2017
  • Plus d’infos sur le spécisme

Le spécisme carotte-veggie-pride-2016

Des informations très détaillées sur le spécisme et l’antispécisme sont disponibles sur notre page Veggie Pride

  • Donnons des droits aux animaux

Nous savons aujourd’hui que les animaux souffrent. Pourtant, nous continuons de refuser de les traiter avec respect.

Considérés comme de vulgaires marchandises dont on peut user et abuser et non pas comme des êtres capables de ressentir notamment douleur physique et émotions, les animaux ne possèdent aucun droit à la vie ni à la liberté.

Des droits pour les animaux_Tract IC recto
Des droits pour les animaux_Tract IC recto
Des droits pour les animaux_Tract IC verso
Des droits pour les animaux_Tract IC verso

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez télécharger ce tract International Campaigns (pdf, 931 Ko).

Des informations complémentaires sont disponibles sur notre page Droit des animaux.

L’exploitation animale est un fait de société de masse, totalement injuste. Il faut l’abolir !

Haut de page

Salon de l’Agriculture : hypocrisie et imposture

Le Salon de l’Agriculture est la vitrine des professionnels de l’agriculture et des produits qui en sont issus. Mais c’est une vitrine trompeuse !

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

  • Le Salon de l’Agriculture : une vitrine trompeuse

Le Salon de l’Agriculture est la vitrine des professionnels de l’agriculture et des produits qui en sont issus. MAIS, il tient bien à l’écart tout ce qui fait le triste sort des animaux qui y sont présentés au public, pendant les 2 semaines d’exposition, que ce soit leurs conditions d’élevage, de transport ou d’abattage.

L'affiche 2017 du Salon de l'Agriculture
L’affiche 2017 du Salon de l’Agriculture

Aussi, cette année 2017, le Salon de l’Agriculture a été une nouvelle fois la cible de plusieurs actions d’associations animalistes :

  • Happening de Vegan Impact

Cette action silencieuse mais d’une grande puissance, qui réunissait environ 250 militants, a eu lieu à proximité du Salon de l’Agriculture, sa présence devant le Salon n’ayant pas été autorisée.

Un des objectifs du happening de Vegan Impact est de dénoncer et de révéler au public les mensonges de la communication par les marques et les lobbies de la filière viande (lait, oeufs). « Poule heureuse », « Viande heureuse » … ne sont que des fictions soigneusement entretenues pour le consommateur.

Volet 1 du tract Vegan Impact distribué à Paris au Salon de l'Agriculture 2017
Volet 1 du tract Vegan Impact distribué à Paris au Salon de l’Agriculture 2017
Volet 4 du tract Vegan Impact distribué à Paris au Salon de l'Agriculture 2017
Volet 4 du tract Vegan Impact distribué à Paris au Salon de l’Agriculture 2017
Volets 2 et 3 du tract Vegan Impact distribué à Paris au Salon de l'Agriculture 2017
Volets 2 et 3 du tract Vegan Impact distribué à Paris au Salon de l’Agriculture 2017

Mais, au fond, ces mensonges – que la viande est moralement bonne et belle – n’est-ce pas ce que le consommateur a envie d’entendre ? Qui peut encore se régaler de viande, en ayant vu les images tournées dans les abattoirs, les élevages et les transports d’animaux vivants ?
Qui peut rester insensible à la souffrance, aux cris, et aux regards de ces animaux qui sont promis à la mort ?

 

Action Vegan Impact au Salon de l'Agriculture 2017

 

  • Happening de 269 Life France

La mise en scène spectaculaire et volontairement provocatrice de ce happening est destinée à interpeller. L’abolition de l’élevage et de toute exploitation des animaux est la seule solution pour mettre fin à l’injustice de la condition animale.
L’abolition est pour demain, ou pour après-demain … mais elle commence aujourd’hui, grâce aux vegans qui refusent de commanditer le massacre des animaux (viande, oeufs, lait ).

Recto du tract 269 Life France distribué à Paris au Salon de l'Agriculture 2017
Tract 269 Life France distribué à Paris au Salon de l’Agriculture 2017

Verso du tract 269 Life France distribué à Paris au Salon de l'Agriculture 2017

 

Cédric Stolz (269 Life France) :
Le respect de l’animal s’incarne dans la volonté de construire une société vegane. L’alimentation végétalienne équilibrée est adaptée à tous les âges de la vie et convient aux plus grands sportifs.

 

Happening 269 Life France au Salon de l'Agriculture

 

  • Distribution de tracts de L214

Une grande partie du public – des familles, des enfants – vient au Salon de l’Agriculture pour voir et approcher les animaux de ferme qui y sont exposés : des animaux qui, pour certains d’entre eux, ne reverront même pas leur élevage d’origine, puisqu’ils seront conduits directement à l’abattoir, dès la fin du Salon.
La campagne de L214 a pour but la sensibilisation de ce public, qui aime les animaux, mais qui continue à ignorer leur souffrance.
Réduire la consommation de produits issus d’animaux est un pas, mais un pas seulement, vers la fin de leur exploitation …

Tract L214 distribué au Salon de l'Agriculture 2017_recto
Tract L214 distribué au Salon de l’Agriculture 2017

Tract L214 distribué au Salon de l'Agriculture 2017_verso

 

  • Deux débats impromptus en marge des actions organisées

 

De la boucherie ... au véganisme

 

Une vache n'est pas une pomme ...

 

  • S’informer et diffuser

Téléchargez (.pdf) et diffusez largement les tracts ci-dessus en cliquant en cliquant sur ces liens :

Haut de page