Pour la fin du spécisme

La marche pour la fin du spécisme , organisée à Paris le 26 août 2017, dans le cadre de la Journée Mondiale pour la Fin du Spécisme (JMFS), est l’occasion de réfléchir à la façon nous traitons les différentes espèces d’animaux dans notre société.

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

  • Le spécisme, c’est quoi ?

Dans nos sociétés, notre rapport aux animaux est basé sur le spécisme. Par analogie avec le racisme et le sexisme, le spécisme désigne l’idéologie qui considère que la vie et les intérêts des animaux peuvent être méprisés simplement parce qu’ils sont d’une autre espèce.

Le spécisme
Pourquoi aimer certains et manger les autres ?
  • Un peu d’histoire …

Avec un petit extrait de l’article < Bêtes à bon Dieu > paru dans le dossier < Comme des bêtes ! > du Canard enchaîné :

<< Les ATTITUDES occidentales envers les animaux sont enracinées dans deux traditions : le judaïsme et l’Antiquité grecque. Celles-ci s’unirent dans le christianisme >>, écrit Singer dans < La libération animale > (1975).

Le philosophe rappelle que, dans un même mouvement, le christianisme a sacralisé l’homme et infériorisé l’animal. Il cite plusieurs passages de la Bible …

Marche pour la fin du spécisme - Paris 26 août 2017
Marche pour la fin du spécisme – Paris 26 août 2017
  • Le texte du tract distribué lors de la marche

<< Viande, lait, œufs, cuir, miel, laine, fourrure, soie … la production des produits d’origine animale implique de priver de liberté, de disposer et de tuer des animaux par milliards chaque année.

Par quoi sont justifiés ces traitements ? Qu’est ce qui justifie de faire d’un être sensible un bien ou une marchandise en 2017 ?

Vivre sans exploiter les animaux (véganisme) est faisable depuis 1948 avec la découverte de la vitamine B12, qui nous permet de court-circuiter nos besoins en produits d’origine animale grâce à la supplémentation.

Les différences de degrés de conscience, d’intelligence, de force ou de taille ne justifient pas ce que nous faisons subir aux animaux. Mais l’habitude, le confort, ou le plaisir gustatif nous poussent à nous voiler la face sur cette réalité. Pourtant, nous finançons souvent ce que nous n’aimons pas voir.

Le spécisme consiste à faire de l’espèce un critère justifiant une différence de considération morale entre des êtres sensibles. L’humain y occupe le haut de la hiérarchie et nous catégorisons également les animaux entre eux. En effet, nous serions bien incapables d’appliquer aux animaux « de compagnie » les traitements subis par les animaux « d’élevage ».

Nous pensons que le spécisme n’est pas fondé et que tous les animaux ont un droit fondamental : celui de ne pas être considérés comme un bien ou une ressource. C’est pour cette raison que nous sommes véganes et encourageons à le devenir.

En nous rejoignant, vous nous aidez à construire un monde centré sur l’humain, plus respectueux des libertés de tous, animaux compris. En résumé, un monde plus juste. >>

 

  • La marche du 26 août à Paris pour la fin du spécisme
Marche pour la fin du spécisme - Paris 26 août 2017

 

Découvrez aussi notre album photo Flickr Marche pour la fin de l’exploitation animale – Paris août 2017.

Marche pour la fin du spécisme - Paris 26 août 2017
Marche pour la fin du spécisme – Paris 26 août 2017
  • Plus d’infos sur le spécisme

Le spécisme carotte-veggie-pride-2016

Des informations très détaillées sur le spécisme et l’antispécisme sont disponibles sur notre page Veggie Pride

  • Donnons des droits aux animaux

Nous savons aujourd’hui que les animaux souffrent. Pourtant, nous continuons de refuser de les traiter avec respect.

Considérés comme de vulgaires marchandises dont on peut user et abuser et non pas comme des êtres capables de ressentir notamment douleur physique et émotions, les animaux ne possèdent aucun droit à la vie ni à la liberté.

Des droits pour les animaux_Tract IC recto
Des droits pour les animaux_Tract IC recto
Des droits pour les animaux_Tract IC verso
Des droits pour les animaux_Tract IC verso

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez télécharger ce tract International Campaigns (pdf, 931 Ko).

Des informations complémentaires sont disponibles sur notre page Droit des animaux.

L’exploitation animale est un fait de société de masse, totalement injuste. Il faut l’abolir !

Haut de page

Marche Contre La Fourrure – 2012

Pour la quatrième année consécutive, des centaines de militants se sont retrouvés le 24 novembre 2012 à Paris et Marseille, munis de leurs pancartes, slogans, sifflets, tracts, badges, stickers pour alerter les consommateurs sur la barbarie du commerce de la fourrure.

La marche de Paris était organisée entre la tour Montparnasse et la place Saint-Michel. Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Marche Contre La Fourrure (Paris - 24 novembre 2012)
Marche Contre La Fourrure (Paris – 24 novembre 2012)

 

Les deux marches étaient organisées par la MCLF.
Marche Contre La Fourrure est un collectif informel d’associations, de militants et de citoyens unis contre l’industrie de la fourrure.
La Fondation Brigitte Bardot, tout comme de nombreuses associations de protection animale ont soutenu l’initiative de la MCLF.

 

Marche Contre La Fourrure (Paris - 24 novembre 2012)
Marche Contre La Fourrure (Paris – 24 novembre 2012)

La marche s’est déroulée dans une ambiance conviviale, mêlant musique, sit in, et happenings.

Marche Contre La Fourrure (Paris - 24 novembre 2012)Marche Contre La Fourrure (Paris - 24 novembre 2012)Marche Contre La Fourrure (Paris - 24 novembre 2012)

 

Chaque année, 50 millions d’animaux sont tués pour le commerce de la fourrure.

  • 45 millions d’animaux sont issus de l’élevage.Ils sont gazés ou électrocutés avant d’être saignés, puis dépecés. La plupart sont encore conscients à ce moment-là.
  • 5 millions sont des animaux sauvages capturés dans la nature.
  • En Asie, et notamment en Chine, les chiens et les chats sont des animaux à fourrure. Ils sont capturés et tués par milliers dans des conditions insoutenables.

 

Pour renforcer cet article, voici Furcoat, un très beau film d’animation de Tes Dekker réalisé à Budapest (Hongrie) sur la fourrure, visible par tous.

4’39 secondes que vous n’oublierez pas !

 

D’autres photos commentées de la Marche Contre La Fourrure – Paris 24 novembre 2012 sont à découvrir sur le forum de Charly.

Haut de page