Veggie Pride / Spécisme

Depuis 2001, la Veggie Pride rassemble en France et en Europe, des individus qui sont végétariens, végétaliens, végans pour les animaux. Les organisateurs sont des personnes agissant à titre individuel.
Pour que la souffrance des animaux sorte du silence.

Sommaire :

Informations générales

Marches auxquelles nous avons participé

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

Haut de page

Informations Veggie Pride


  • 60 milliards d’animaux terrestres tués dans le monde chaque année

Chaque année dans le monde, plus de 60 milliards d’animaux terrestres sont tués

Nos sociétés exploitent et tuent des centaines de milliards d’animaux chaque année. Pourtant, il est parfaitement possible de se nourrir de manière équilibrée en étant végétalien à tous les stades de la vie, comme le confirme l’association américaine de diététique (près de 72 000 nutritionnistes). Ces massacres ont lieu sans nécessité. En se permettant d’agir ainsi à l’encontre des autres animaux, nous lésons gravement leurs intérêts fondamentaux à ne pas souffrir et à jouir de leur vie.

Haut de page

  • Le spécisme

Jusqu’à récemment, nos sociétés se livraient à cette exploitation brutale et sanguinaire sans aucun scrupule, sans se poser de questions. Une idéologie omniprésente, le spécisme [*],  justifiait le mépris et l’indifférence envers le sort des animaux qui ne font pas partie de notre espèce. Comme les autres idéologies similaires de la domination (le racisme, le sexisme … ), le spécisme repose sur le mensonge, l’omission, le déni, la violence.

Aujourd’hui, le spécisme s’effrite. Il reste campé sur ses positions, mais …

[*] Le spécisme, c’est discriminer arbitrairement les êtres d’après un critère d’espèce. C’est se permettre d’exploiter les animaux simplement parce qu’ils ne sont pas humains.

Vous pouvez télécharger, au format pdf, ce flyer-recto de la Veggie Pride d’où sont extraits tous ces textes.

La carotte Veggie Pride
La carotte Veggie Pride

Haut de page

  • Notre fierté de refuser de faire tuer des animaux

Nous voulons affirmer notre fierté de refuser de faire tuer des animaux pour notre consommation : Nous refusons de voler à des êtres sensibles le seul bien qu’ils possèdent : leur propre chair, leur propre vie. Nous refusons de participer à un système qui fait de leur vie un enfer permanent. Nous refusons de faire ces choses pourle seul plaisir d’un goût, par habitude, par tradition. Nous refusons de participer à ce massacre. Tuer des animaux n’est pas une nécessité et nous en sommes la preuve ! Nous serons leur voix jusqu’à ce que le massacre cesse.

Haut de page

  • Pourquoi nous refusons de manger les animaux

Nous ne faisons que traduire en actes ce que la moralité commune enseigne. Notre société considère qu’il n’est pas moral de tuer les animaux sans nécessité. Pourtant, manger des produits d’origine animale n’est pas une nécessité. Il est donc injuste de tuer les animaux pour les consommer. Notre société condamne la violence et la loi du plus fort. Pourtant, tuer les animaux pour la consommation est la concrétisation la plus parlante de ces deux notions. Beaucoup de philosophes ont réfléchi sur notre rapport aux animaux et ont constaté que celui-ci est basé sur le spécisme*, cette idéologie qui considère que la vie et les intérêts des autres animaux peuvent être négligés simplement parce qu’ils font partie d’une autre espèce. Cette idéologie n’est pas tenable, les humains n’étant pas les seuls à ressentir des émotions. On doit également respecter les intérêts et la vie des autres êtres sensibles qui partagent la planète avec nous. Il faut simplement réaliser que les chats, veaux, cochons, chiens, humains ou poules, tous les êtres sensibles ont un intérêt à vivre une vie la plus heureuse et la plus longue possible ; et qu’il est facile de refuser de participer au carnage des abattoirs.

Haut de page

  • Pourquoi nous refusons de manger les poissons

Tout comme nous ou les autres animaux terrestres, les poissons perçoivent, éprouvent, souffrent, communiquent. Des centaines de milliard d’entre eux meurent pour le commerce agroalimentaire. Capturés à de plus en plus grandes profondeurs, la décompression lors de la remontée fait éclater leur vessie, sortir leurs yeux des orbites, l’oesophage et l’estomac par la bouche ; dans les filets, les poissons peuvent rester prisonniers pendant plus de 20 h, et mourir étouffés ou écrasés. Les poissons d’élevages, nourris d’autres poissons pêchés, croupissent dans des cuves, des bassins ou des filets dans des conditions plus concentrationnaires que les poules de batterie.

Haut de page

  • Pourquoi nous refusons de manger du lait et du fromage

Pour produire du lait, les vaches doivent, comme tous les mammifères, donner naissance à un petit. Elles sont donc engrossées de force tous les ans, afin de fournir du lait sans arrêt. Leur veau leur est enlevé immédiatement après sa naissance, provoquant angoisse et désarroi pour la mère autant que pour le petit. Si c’est un mâle, il sera abattu pour être mangé ; si c’est une femelle, elle sera exploitée Comme sa mère. Après 5 ans de traite intensive, qui cause souvent de douloureuses mastites, la vache devient moins productive et est envoyée à l’abattoir. Elle pourrait vivre 15 ans de plus.

Haut de page

  • Pourquoi nous refusons de manger les oeufs

Dans toutes les formes de production d’oeufs, que ce soit en batterie, en « libre parcours », en « élevage au sol » ou en « plein-air », les poussins mâles, ne pouvant pondre, sont tués juste après leur naissance : ils sont gazés ou broyés vivants. Les femelles deviendront quant à elles des poules pondeuses qui seront tuées dès qu’elles ne produiront plus assez d’oeufs.

Haut de page

  • L’exploitation des animaux pour le divertissement, l’habillement et l’expérimentation

Au-delà de l’alimentation, les animaux sont exploités pour le divertissement (zoos, cirques, corrida, courses), l’habillement (cuirs, fourrures) et l’expérimentation. Toutes les substances contenues dans les cosmétiques et les produits de nettoyage (shampoings, savons, dentifrices, crèmes, liquides vaisselles, poudres lessive …) sont testés sur les animaux en laboratoire (souvent directement dans les yeux de lapins ou souris).

Haut de page

  • Nous voulons défendre nos droits

Nous demandons le droit à des repas végétaliens dans les collectivités, le droit d’élever nos enfants sans leur imposer les produits de l’abattoir, que l’on respecte notre droit à une information médicale impartiale. Nous ne voulons plus que l’on nous impose de participer à l’exploitation-animale dans notre travail ou par nos impôts. Nous voulons que notre opposition au fait de tuer les animaux pour la consommation soit entendue et que commence un véritable débat public sur la légitimité de cette pratique.

Haut de page

  • Plus d’infos sur la Veggie Pride et sites internet

Plus d’infos sur la Veggie Pride : www.veggiepride.org
Manifeste de la Veggie pride: www.veggiepride.org/manifeste
Contact : media@veggiepride.org
www.cahiers-antispecistes.org

Vous pouvez télécharger, au format pdf, le flyer-verso de la Veggie Pride d’où sont extraits les textes ci-dessus.

Bandeau graphique Veggie Pride
Bandeau graphique Veggie Pride

Haut de page

Veggie Pride auxquelles nous avons participé


La Veggie Pride, c’est la fête pour tous les végétariens, végétaliens et végans !
C’est aussi un grand moment de sensibilisation à la cause animale.
La 17 ème édition de la Veggie Pride était dédiée aux gallinacés !
Cette marche 2017 était menée par la batucada Misto Quente.

Veggie Pride Paris 2017 - Tous les slogans et beaucoup plus ...

 

Cette Veggie Pride 2016 était dédiée au sort des animaux aquatiques. 3000 milliards d’entre eux finissent dans nos assiettes chaque année.
La Veggie Pride, c’est festif !
Avec Badauê, le groupe de batucada (percussions brésiliennes).

Veggie Pride - Paris - 08 octobre 2016

 

Douchka Markovic :

Une fois dans l’année, on descend dans la rue … pour montrer qu’une autre façon de vivre est possible, qu’une autre façon de s’alimenter est possible, c’est à dire manger des légumes, des céréales et exclure tous les animaux de notre alimentation …

Jules Brunois :

… Faite la fête aussi. Dansez pour les animaux. Montrez la joie que nous avons à être végétarien, végétalien et végan. Montrez qu’on n’est pas triste, qu’on peut aussi s’amuser, qu’on a des protéines, qu’on est en pleine forme, qu’on est beau et rempli de compassion …

 

Quelques photos pour lesquelles nous avons privilégié le message plutôt que les personnes.
Regardez et réfléchissez …

Veggie Pride – Paris 10 mai 2014

 

Veggie Pride Paris du 11 juin 2011
Veggie Pride Paris du 11 juin 2011

Haut de page