Fourrure

Cliquez sur les liens orangés pour accéder à des informations complémentaires et cliquez sur les photos pour les agrandir.

Chaque année, 50 millions d’animaux sont tués pour le commerce de la fourrure.

45 millions d’animaux sont issus de l’élevage.
Ils sont gazés ou électrocutés avant d’être saignés, puis dépecés. La plupart sont encore conscients à ce moment-là.

5 millions sont des animaux sauvages capturés dans la nature.
Certains sont chassés, comme les phoques, qui sont assommés et dépecés sur place, souvent encore vivants. D’autres sont retenus dans des pièges qui les mutilent. Beaucoup tentent de se ronger la patte pour s’échapper, endurant la souffrance, la faim et la soif jusqu’à l’arrivée du trappeur. De plus, les pièges ne sont pas sélectifs, et beaucoup d’autres animaux, non destinés à la fourrure, y meurent, considérés comme de simples déchets de cette industrie.

En Asie, et notamment en Chine, les chiens et les chats sont des animaux à fourrure. Ils sont capturés et tués par milliers dans des conditions insoutenables.

 

  • Le devant du décor : le luxe

 

Femme avec maxi manteau et toque en fourrure (queues de visons ?), précédée de trois chariots à bagages (malles, valises et sacs Louis Vuitton), poussés par des bagagistes.
Aucune réaction à nos huées : elle ne parlait sûrement pas français.

 

  • L’envers du décor : le sordide

 

  • La fourrure au quotidien

De nombreuses personnes pensent que la fourrure ornant la capuche d’un manteau accessible est forcément en synthétique. Cela est une fausse idée …

 

La majeure partie de la fourrure provient d’élevages sordides où les animaux sont enfermés dans des cages minuscules et souffrent de blessures non soignées …

 

 

 

 

 

  • Mode fourrure … Mode torture …

Les textes ci-dessous sont copiés depuis un flyer de l’association One Voice consacré à la fourrure.

L’ «insoutenable légèreté» d’un vêtement ou d’un accessoire en fourrure se paie avec le sang des animaux.
Tous, visons, renards, chinchillas, ratons laveurs, castors, zibelines, martres, chiens, chats, lapins, phoques … piégés dans la nature ou élevés dans les usines à fourrure, tous, subissent le sacrifice sanglant au marché du superflu.

Le piège
Os brisés, tissus lacérés, articulations disloquées : dans le monde, à chaque seconde, 60 pièges mutilent des animaux nés pour être libres. Grâce aux défenseurs des animaux, les consommateurs ont pris conscience de la cruauté du trappage. Et cependant, piégés par le lobby des fourreurs et les médias, ils se tournent vers la fourrure provenant d’élevages, supposés plus humains. Mais la cruauté ne s’arrête pas au piégeage. L’élevage aussi déverse ses horreurs.

L’usine à fourrure
Malgré ce que disent les éleveurs, la réalité scientifique est là : il ne sera jamais possible d’humaniser des élevages. Ces usines à fourrure créent un maximum de souffrance à des animaux qui restent sauvages. Ils sont enfermés-dans des cages surélevées, exiguës et sales. Mal nourris, terrorisés, sans possibilité de se mettre à l’abri, privés de ce qui est essentiel pour eux, les animaux ont des problèmes comportementaux graves, allant de l’automutilation au cannibalisme. Les visons, par exemple, passent naturellement 70 % de leur temps dans l’eau. Dans les élevages, ils ont à peine ce qu’il faut pour boire. Ces cages sordides ne sont que l’antichambre de la tuerie. Juste après leur première mue, les animaux sont gazés, électrocutés, empoisonnés ou battus à mort …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargez ce flyer One Voice (.pdf, 2540 Ko) en cliquant sur ce lien.

La facture
Le piégeage bouleverse les écosystèmes (pour un animal ciblé, quatre animaux dits «rebuts» sont aussi piégés) et la préparation des fourrures génère des dégâts environnementaux. A la lourde facture pour les animaux s’ajoute le coût pour la nature.

Pour une France, toujours modèle de la mode … mais sans cruauté
Le commerce de la fourrure développe des marchés en Chine, en Corée du Sud et au Japon où la notion de bien-être animal est inexistante et où la France est un modèle pour la mode.
Avant d’acheter un vêtement ou un accessoire en fourrure, les consommateurs français doivent peser le poids de leur responsabilité : à chaque minute, 76 animaux sont massacrés après avoir enduré les pires souffrances.
L’Angleterre a interdit l’élevage d’animaux pour la fourrure. Pourquoi pas la France ?

 

  • Des sites de référence :

http://www.jeneportepasdefourrure.com/
http://www.mode-sans-fourrure.com/
https://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/
http://www.fourrure-torture.com/
http://www.viretacapuche.com/
http://animalter.com/
http://www.animalequality.net/node/681

Haut de page

Manifestation « Laissons Leur Peau Aux Animaux » – Paris 2015

Manifestation « Laissons Leur Peau Aux Animaux » – Paris 2015 Manifestation « Laissons Leur Peau Aux Animaux » – Paris 2015Le défilé complet et nos salutations à Karl Lagerfeld …https://www.facebook.com/events/1582360418709920/

 

 

 

 

 

Les personnes portant de la fourrure ne sont pas dans la majorité des cas conscientes du supplice subi par les animaux concernés.

Haut de page